La Tanière.

La Tanière.

"...Jung, son disciple et collègue, pense qu'il existe tout autour de nous un inconscient collectif universel, peuplé de forces archaïques et autonomes, qui restent cependant en contact avec nous et influencent nos actes."

 


 

Le Cercle Meurtrier 

Alexandra Sokoloff

cercle.gif

 


Vacance de Thanksgiving. Le campus est déserté. Âme solitaire, noyée dans ses idées noires, Roxane a décidé d’en finir avec la vie. Mais dans la salle commune où elle a trouvé refuge, d’autres étudiants sont également présents. Finalement, la découverte d’une vieille planche de Oui-ja promet une soirée excitante ! Bientôt, dans la pénombre du salon, l’esprit de Zachary, un ancien élève, semble vouloir jouer avec eux. Mais qui est vraiment Zachary ? Et dans quel tourbillon les entraîne-t-il ?

Fiche technique.

Nombre de page ± 400.

Edition : Livre de poche jeunesse, d’Hachette.

Prix : 6€90.

Traduction de : Bladine Longre.

Couverture : Souple.

Décryptage.

Plantons le décor, voulez-vous ?

Une ville universitaire à l’américaine, avec ses sororités, ses maisons, ses clubs et surtout son nombre impressionnant d’étudiants. Et dans ce méli-mélo, un manoir greffé de plusieurs ailles de différentes époques. Comme si, un Architecte fou avait souhaité rendre hommage au Docteur Frankenstein. Etrangement sympa, mais, par pour autant du meilleur effet pour les peureux, n’est-ce pas ?

Honnêtement, on entre facilement dans l’univers d’Alexandra Sokoloff. Plus rien ne comptais que les mots qui défilais sous mes yeux. Hotaru est témoin, j’ai complétement zapper un orage !! En même temps, j’avais de la musique dans les oreilles, et un bouquin dans les mains.

Alors, le personnage principal est une jeune étudiante, Roxane, solitaire, mal dans sa peau, abîmée par des parents incompétents, une estime de soi très noire. Depuis qu’elle est à l’université, elle ne s’est fait aucun ami. On ne peut pas qualifier sa camarade de chambre comme tel, non plus, puisque cette dernière est aussi sucrée et écœurante que son prénom Waverly. Vous le voyez le petit caniche à sa mémère ? Roxane est loin d’être idiote, bien qu’un peu trop effacer à mon gout, je me suis surprise à vouloir lui donner un coup de pied au cul pour qu’elle dise haut et fort ce qu’elle pensait.

L’histoire débute réellement au chapitre 5. Le déclin total d’une jeune femme qui en a déjà marre de la vie, trop cabossée pour continuer, en ce soir étrange, elle décide d’en finir une bonne fois pour toute dans le séjour. C’est ce tourbillon de noirceur qui précipitera les choses, qui décidera le fantôme à venir, mais, est-ce vraiment un fantôme ? Néanmoins avant de prendre les pilules fatales, elle remarque enfin qu’elle n’est pas seule dans la pièce. Elle n’est pas la seule à détester les réunions familiales. Ce sentiment d’être le centre d’attention, retiendra ses gestes et finalement, ils joueront au Oui-Ja.

  • Patrick, le footballeur. L’archétype du mec super beau, bien dans sa peau, sportif, petit-ami de la toute sucrée Waverly – oui, oui la copine de chambrée de Rox- et qui a absolument tout pour lui. Que les apparences sont trompeuses, il hait le football et par-dessus tout son paternel. Il reste à la résidence pour les fêtes.
  • Martin, l’intello type. Lunette, plongé dans ses livres, timide, pas sûr de lui. Avec un père Rabin qui souhaite qu’il prenne sa suite. Mais comment prêché la bonne parole, quand on ne croit pas en dieu ? 
  • Caïn, le rebelle et musicien. Qui prend tout de haut, mais, qui au fil de l’histoire veille sur la douce Roxane.
  • Lisa, que dire sur Lisa ? C’est une nymphomane qui se déteste, ce qui est un vrai paradoxe, il faut s’aimer pour aimer s’envoyer en l’air avec les autres. C’est un mélange entre Samantha dans «  Sex and the City » et la loufoquerie de Garcia dans « Esprit Criminel ».

J’aime l’impression de Roxane, à divers moments pendant la soirée, elle pense qu’ils sont 6 alors qu’ils sont 5, mais, à chaque fois qu’elle en prend conscience… elle oublie.

J’aime l’unique condition pour que Zachary puisse agir.

Bon, je spoile un peu, mais, le concept « Zachary » qui n’est pas vraiment « Zachary » permet de se poser des questions en même temps que Roxane, et de perdre un peu le lecteur.

Quelques critiques : Malheureusement, on ne rentre pas assez dans les personnages. Comme Caïn qui mériterais un petit coup de projecteur ou encore Lisa, leur situation familiale mériterait d’être développée. J’aurai pu m’attacher à Patrick, Caïn ou même Martin, mais, l’absence d’information et d’interaction avec Roxane m’a bridée. A un moment, l’histoire prend un tournant religieux, le Judaïsme, pour ma part, je n’y connais rien… et ce n’est pas assez bien expliquer. Ça m’a un peu déboussolée. Il y a des notes en hébreux, bonne chance pour la prononciation !

Et la fin, n’est pas vraiment une fin. Style Jumanji, si vous l’avez vu, le gamin sur la plage avec son « regardez ce que j’ai trouvé ! » tout en courant vers ses potes.

Donc en claire, j’ai apprécié, mais, certains sujets auraient mérité plus d’attention et de précision. L’ennemi n'est pas assez flippant à mon gout. Les personnages pas assez développés. Peut-être Martin, qui au final a une évolution beaucoup plus marquée, de timide, il passe à despote pratiquement. La pression familiale fait faire des conneries.

Mais, ce n’est pas la lecture du siècle non plus.

https://static.blog4ever.com/2013/10/755204/artfichier_755204_3026296_20131107150214.jpg

TenshinNeko, un esprit repu mais pas totalement convaincu.

 

 

 

C'est dommage, mais pour ma part, ce livre ne me dis rien du tout.

Et oui je suis comme ça, le synopsis et ce dont ma petite face de loutre m'a partiellement raconté, ne m'a pas convaincu de poursuivre l’expérience avec cet ouvrage.

 

https://static.blog4ever.com/2013/10/755204/artfichier_755204_2975862_201311042425777.jpg

Hotaru

 



01/11/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres